Accueil > Livres > Carrie

Carrie

Roman de Stephen King

jeudi 7 mars 2013, par Nicolas

Résumé

Carrietta « Carrie » White est une adolescente de seize ans timide et discrète, qui endure depuis sa plus tendre enfance les persécutions et les moqueries incessantes de ses camarades de classe. Les humiliations qu’ils lui font subir à chaque instant s’apparentent à une véritable torture mentale à laquelle Carrie ne peut échapper. De plus, elle est victime des mauvais traitements que lui inflige sa mère, Margaret White, une fanatique religieuse adepte du culte du fondamentalisme. Peu jolie, disgracieuse et terriblement solitaire, Carrie n’a aucun ami et vit un calvaire qui empire de jour en jour.

Tout bascule le jour où, après une séance de sport, elle a ses premières règles sous la douche. Sa mère ne lui ayant jamais expliqué le concept de la menstruation, Carrie panique et s’imagine qu’elle est en train de mourir d’hémorragie ; loin de l’aider, ses camarades se moquent d’elle et, lui criant des injures, lui jettent des serviettes hygiéniques à la tête.

Quelque chose se brise alors en Carrie et elle perd tout contrôle d’elle-même, laissant libre cours à son désespoir et retrouvant un ancien pouvoir d’enfance, un don de télékinésie qui lui permet de déplacer ou de modifier à sa guise les objets à distance, par la seule force de son esprit.

Épouvantée, elle tente de contrôle ce pouvoir. Mais d’autres préparent leur vengeance pour les punitions qu’elles ont reçues pour ces brimades...

Personnages

Carrietta White : surnommée Carrie par son entourage, elle est la figure principale de l’histoire. Timide, solitaire et empruntée, elle est la victime des moqueries de ses camarades et du fanatisme religieux de sa mère Margaret. Mais elle possède en elle un don de télékinésie redoutable capable de semer la destruction à volonté.

Margaret Brigham White : fidèle du culte fondamentaliste, mère de Carrie et veuve de Ralph White. Violente, brutale et dévouée à ses principes, elle voue une véritable obsession à la religion chrétienne mais suit des conceptions assez spéciales : entre autres, elle méprise l’ensemble des femmes, considérant les seins et la menstruation comme les signes du péché. Elle honnit également l’acte sexuel. Effrayée par le pouvoir de Carrie, elle la considère comme une sorcière et la bat très souvent.

Rita Desjardin : professeur d’éducation physique du lycée Ewen. Jeune et autoritaire, elle prend Carrie en pitié après avoir assisté à sa scène d’humiliation sous la douche ; bien qu’elle éprouve également un sentiment de dégoût à son égard, elle prend sa défense et punit très sévèrement les filles qui se moquaient d’elle, allant jusqu’à frapper et injurier Chris Hargensen.

Christine Hargensen : surnommée Chris, belle, riche et populaire, elle est la fille d’un célèbre avocat. Apparemment dépourvue de valeurs morales, Chris adore s’en prendre aux handicapés et aux timides, montrant dans ce domaine une véritable cruauté qui mène à la violence physique. Carrie est sa cible favorite. Après avoir été punie par Desjardin, elle accuse Carrie d’en être la responsable et décide de se venger.

Billy Nolan : petit ami de Chris et chef d’un gang. Intellectuellement très peu brillant — il est dit qu’il a redoublé plusieurs classes — et issu d’une famille brisée, il semble obéir à Chris au doigt et à l’œil. Mais en réalité, il est très volontaire et franchement brutal et ne compte pas la laisser se servir de lui comme d’un esclave. Il accepte de l’aider dans son plan de vengeance.

Susan Snell : surnommée Sue, élève au Lycée Ewen, Sue est belle, populaire et sort avec Tommy Ross, lui aussi une vedette. Contrairement aux autres filles, elle se dégoûte d’avoir injurié ainsi Carrie et, ne pouvant se défaire d’un sentiment de culpabilité, essaie de trouver un moyen de se racheter. C’est l’une des rares figures de l’histoire qui veuille le bien de Carrie.

Thomas Ross : surnommé Tommy, il est le petit ami de Susan, beau jeune homme brillant, vedette de l’équipe de football. Naturellement très sympathique et compréhensif, il aime Sue et accepte, pour elle, de mener Carrie au Bal de Printemps à sa place.

Opinion

Premier roman publié par Stephen King, ce best-seller est construit comme un récit d’événements entre-coupé d’extraits de journaux de ce qui s’est passé [1], donnant une idée de ce qui attend les personnages.

À une histoire somme toute banale, des brimades et persécutions sur une élève, King surimpose la puberté et le réveil de pouvoirs oubliés [2].

Mettant en scène peu de personnages, construit plus comme un huis-clos (mais avec des conséquences très larges), le roman va à l’essentiel, sans digressions ou fioritures inutiles.

Les personnages sont plus manichéens que dans d’autres romans futurs de l’auteur, mais conviennent bien à l’ambiance du roman.

Une bonne lecture pour un bon moment.


À l’exception de la partie Opinion, cet article est une adaptation de l’article Wikipédia correspondant, et est donc sous licence CC-BY-SA.


[1Construction qui sera reprise par l’auteur notamment dans Dead Zone.

[2Ce concept de pouvoirs enfouis, étouffé par les parents, se retrouve également dans Charlie.