Accueil > Livres > Fondation

Fondation

Roman de Isaac Asimov, constitué de cinq nouvelles

vendredi 23 novembre 2012, par Nicolas

Résumé

Alors que l’Empire galactique, regroupant des dizaines de millions de mondes habités, apparaît en pleine expansion, Hari Seldon, mathématicien, prédit, à l’aide de ce qu’il appelle la « psychohistoire », que l’Empire va s’effondrer et qu’une période de trente mille ans de barbarie s’en suivra.

Jugé et condamné à l’exil par le pouvoir qui voit d’un mauvais œil ces prévisions, Hari Seldon fonde peu avant sa mort, sur la reculée planète Terminus, la Fondation, avec pour objectif de constituer une Encyclopédie galactique qui regroupera tout le savoir humain et permettra de réduire la période de barbarie à un petit millier d’années seulement.

Cependant, petit à petit, la Fondation va se trouver déchirée par des luttes internes pour savoir s’il faut ou non poursuivre cet objectif.

Personnages

Hari Seldon : mathématicien, il n’hésite pas à prendre des risques pour faire connaître ses théories, et en payera le prix. Son hologramme apparaît régulièrement aux dirigeants de Terminus, pour les guider dans des crises critiques.

Gaal Dornick : mathématicien et successeur de Hari Seldon, dont il écrira une biographie.

Salvor Hardin : premier maire de Terminus, il estime que la rédaction de l’Encyclopédie est une perte de temps, et tente de prendre le pouvoir par un coup d’état.

Yohan Lee : assistant de Hardin.

Sef Sermak : conseiller de la capitale, chef d’un parti qui prône une intervention plus directe contre les voisins de Terminus.

Wienis : prince régent d’Anacréon, il tente de s’emparer de Terminus.

Lepold I : jeune roi d’Anacréon, sous l’influence de Wienis.

Eskel Gorov : maître marchand de Terminus et agent du gouvernement, emprisonné pour avoir bravé l’interdit de Askone.

Linmar Ponyets : marchand chargé par Terminus de négocier la libération de Gorov.

Hober Mallow : maître marchand, chargé par Terminus d’enquêter sur la planète Korell.

Opinion

Premier livre de la grande fresque de Fondation, ce recueil introduit les concepts et fondements de la série.

Le concept de la psychohistoire est intéressant, considérant les humains comme des molécules : il est impossible de prévoir le comportement individuel, mais s’il y en a assez, le mouvement est prévisible. Dans le cas des humains, évidemment, Hari Seldon rajoute une clause comme quoi ils ne doivent pas connaître les prévisions, sous peine d’influencer le comportement.

À partir de ces postulats, Asimov imagine différentes situations, desquelles la Fondation s’extraie de façon plus ou moins astucieuse.

À noter une excellente citation, « La violence est le dernier refuge de l’incompétence. »

Une bonne lecture, malgré son âge.